FCm#1

WINGARDIUM LEVIOSA !

Une interview de François TADDEI

VISUEL_FT4.jpg

Après l’épisode inaugural (Homo indisciplinatus, 99 min) consacré au chantre de la pensée complexe, Edgar Morin, le deuxième épisode de la web-série F A C E S . C A C H E E S (Alter ego inverso, 98 min) avait mis en lumière Merlin Tuttle, le plus grand spécialiste mondial des chauves-souris. Ce dénominatif de « Merlin » ne peut qu’évoquer le personnage de Merlin l’Enchanteur et, partant, la figure tutélaire du mentor. A ce titre, le troisième épisode de F A C E S . C A C H E E S aurait pu s’intituler « De Merlin à…Dumbledore », du nom du personnage emblématique de la saga Harry Potter.

Parce qu’elle renvoie directement à l’image de l’éducateur, la figure du magicien Albus Dumbledore semble particulièrement à propos pour donner à entrevoir la personnalité (et la responsabilité) du biologiste François Taddei, en relation avec sa Chaire UNESCO sur les sciences de l’apprendre. Malgré son intelligence, sa sagesse et ses merveilleux pouvoirs, Dumbledore est un être bienveillant et sympathique, souvent espiègle, qui transmet des valeurs, des savoirs et des compétences de manière plaisante (rejoignant en cela les préceptes de la Poétique d’Aristote : plaire et instruire). Dumbledore représente un vecteur d’enseignements permettant au héros Harry Potter, son disciple, de grandir « dans le bon sens », c’est-à-dire de devenir un adulte avec des valeurs positives, pouvant vivre en harmonie dans et avec la société qui l’abrite, conscient du fait qu’il peut avoir un rôle à jouer, comme celui d’œuvrer à rendre le monde meilleur (François Taddei se qualifiant lui-même, pour sa part, de « mélioriste assumé »). On notera que Dumbledore, à plusieurs reprises, fait comprendre à Harry que la désobéissance peut-être une valeur positive, notamment face à l'autorité injustifiée ou illégitime, rejoignant en cela certains traits de caractère prêtés à François Taddei.

L’archétype universel du mentor nous pousse à nous interroger non seulement sur ce qu’est « l’apprendre » mais également sur ce que signifie le « transmettre », sur la part de science et sur celle d’art qu’il faut pour enseigner, et sur l’importance du sens et de la motivation dans l’apprentissage. En sachant qu’à travers l’éducation du héros, on a aussi, bien sûr, celle des « publics » - que ces derniers soient formés d’élèves, d’enseignants, de chercheurs ou d’internautes de tous horizons, comme celles et ceux qui regarderont ce nouveau film que nous avons finalement décidé d'intituler « Wingardium leviosa ! ».

Ce latinisme porte en lui l’idée d’une élévation par l’enseignement et l’apprentissage, ainsi que par la science, dont Bachelard écrivait qu’elle « suscite un monde, non plus par une impulsion magique, immanente à la réalité, mais bien par une impulsion rationnelle, immanente à l’esprit ». Mais cette perspective n’épuise toutefois pas la question de la magie puisque, au niveau géographique, à la fois Poudlard (l’école des sorciers que fréquente Harry Potter) et le Centre de Recherches Interdisciplinaires (le CRI, qu’a co-fondé François Taddei dans le quartier parisien du Marais) partagent une topographie fantaisiste, où s’imbriquent réel et créativité, recherche et expérimentations. Le CRI, comme Poudlard, valorise l’apprentissage dans l’ouverture et la diversité et participe d’une réflexion sur la place de l’éducation dans la société. Dans chacun de ces lieux s’opèrent des processus d’individuation, comme autant de trajectoires d’équilibriste entre singulier et collectif, comme l’illustrent l’initiation d’Harry Potter et le devenir-mentor de Dumbledore, passé de professeur de métamorphoses à Directeur de l’école des sorciers.

 

François Taddei a lui aussi connu plusieurs vies, d’abord étudiant, puis ingénieur, doctorant, chercheur spécialiste de la coopération bactérienne et de l’adaptabilité, avant de co-fonder le CRI et de s’intéresser aux sciences de l’éducation. Au final, il n’aurait pas été insensé d’intituler ce troisième épisode de F A C E S . C A C H E E S « De Harry Potter à Dumbledore », c’est en tous cas le prisme par lequel nous avons appréhendé la vie et l’œuvre de François Taddei. Dans cette interview captivante, ce « bricoleur d'utopies concrètes » se livre sur les moments initiatiques du parcours l’ayant conduit à devenir chercheur, puis Directeur du CRI, et nous livre ses réflexions sur la notion de « société apprenante » et les grands enjeux actuels. L'épisode met également en scène plusieurs membres du réseau Reliance en complexité de la Chaire UNESCO d'Edgar Morin, ainsi qu'un magicien-mentaliste professionnel, sans oublier l'arrivée d'un invité-surprise! Pour un résultat absolument...enchanteur.