Elles, ce sont les chauves-souris, ces mystérieuses et fascinantes demoiselles de la nuit. Lui, c’est Merlin Tuttle, « alias Batman », comme il se désigne parfois lui-même. Ce scientifique hors du commun a passé les trois quarts de sa vie à les étudier. Il les a prises sous son aile quand tout le monde en avait peur. Il a parcouru les six continents pour leur tirer le portrait, ou plutôt des milliers – non, des millions de portraits, qui ont assis sa réputation de photographe légendaire du National Geographic. Mais au-delà, il a probablement été l’un des premiers biologistes de la conservation à comprendre leur importance et leur extrême sophistication. Leur grande fragilité également. Par le biais de son organisation (Merlin Tuttle’s Bat Conservation) [MTBC], il continue d’œuvrer sans relâche pour que les humains (ré)apprennent à vivre en harmonie avec la nature et sachent apprécier à leur juste valeur ces reines du ciel nocturne.

Pour ce premier épisode « nomade » de la série artistico-scientifique F A C E S . C A C H E E S , j’ai eu le plaisir d’être reçu par Batman en personne. Son bureau se trouve à Austin (au Texas), sorte de Gotham city à l’intérieur de laquelle j’ai déambulé jusqu’à me perdre, de jour, comme de nuit. Chauve-souris oblige. J’ai croisé la route d’une chanteuse à la voix déchirante, d’un bluesman gavroche, d’un néo-hippie au grand cœur, d’un carnivore affable, d’une végane muette, de taxi drivers qui étaient soit l’un soit l’autre, mais toutes et tous avaient en commun d’être d’incorrigibles bat-fans. Rien de plus normal puisque, grâce aux efforts de conservation entrepris par Merlin Tuttle, leur ville renferme aujourd’hui la plus grande colonie urbaine de chauves-souris au monde.

Avec lui, j’ai parlé des heures, de tout ce qui, de près ou de loin, a trait aux chauves-souris et à sa vie passée à les protéger, le plus souvent à ses risques et périls. Dans le fil de son entretien, rien n’a été laissé de côté : vampires, molosses, syndrome du nez blanc, hypothèse du primate volant,…rien sauf les anecdotes, trop longues et trop nombreuses, qui ont émaillé ses tribulations (grottes hostiles, falaises vertigineuses, sables mouvants, vapeurs toxiques, charges d’animaux sauvages, braconniers menaçants…). Merlin Tuttle ne doit sa survie qu’à sa passion à toute épreuve et à une inaltérable volonté de transmettre son message au reste du monde. Quel est ce message ? C’est ce que vous invite à découvrir ce film qui, fidèle à la proposition expérimentale de F A C E S . C A C H E E S, est tout sauf un reportage animalier !

>[US ENGLISH]

  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
  • Facebook

Pour nous contacter

Recevoir notre newsletter

© 2019 by Abdel Aouacheria | ISEM CNRS UMR5554 - All rights reserved.